CGT Educ'Action

VOIE GENERALE ET TECHNOLOGIQUE

LGT Redonnons du sens à nos métiers et au lycée

Janvier 2024

Pourquoi perdons-nous le sens de nos métiers ?

De mémoire de salle des profs de LGT, jamais autant de collègues n’ont envisagé une reconversion professionnelle. La mise en place de la réforme du lycée depuis 2018 a cassé tous nos repères.

  • La part importante du contrôle continu change notre rapport aux élèves, placé·es en évaluation permanente, et le fonctionnement des équipes. Les PLE ont montré les tensions et les dangers d’une impossible harmonisation.
  • Le déséquilibre entre le poids du tronc commun et celui des spécialités amène de nombreux·ses élèves à négliger les disciplines du tronc commun.
  • La valeur du diplôme du Bac semble dérisoire face aux résultats des admissions des élèves sur Parcoursup. Or, ce dispositif est très inégalitaire et opaque !
  • Les enseignant·es se sentent plus isolé·es en spécialité. Cet isolement se ressent aussi chez les élèves.
  • La mise en concurrence s’accentue à cause de la baisse des moyens et l’autonomie locale des chef·fes d’établissement (marge d’autonomie)
  • L’alourdissement des tâches, notamment d’orientation des élèves (informations sur les spécialités, accompagnement pour Parcoursup...) et les nouvelles « certifications » (PIX et langues) nous épuisent. Il réduit notre disponibilité pour le cœur de notre métier : construire des savoirs de haut niveau pour l’ensemble de nos élèves.

Lire la suite dans le document de la CGT Educ'action

Partagez l'article
Partager sur Facebook

Quel projet de la CGT Educ'action pour le lycée

Janvier 2024

Annonces attal : retour vers un passe fantasmé

Nos gouvernant·es sont nostalgiques d’une « France d’avant » qui n’est pas sans inquiéter. Elle repose sur une vision réactionnaire d’une France… qui n’a jamais vraiment existé : Macron, fantasme une armée et un service militaire qui aurait été un moment de bonheur collectif qui l’a conduit à imaginer le SNU ; Attal se prend à rêver d’une École basée sur la contrainte et où tou·tes les élèves réussissaient mieux... C’est fort de cette image fausse, que le gouvernement nous propose son École du 21ème siècle : une École basée sur l’exclusion où on introduit un examen d’entrée au lycée et où on crée des « sous-secondes » de relégation où les élèves attendront de pouvoir entrer en seconde. Tout ce que combat la CGT Éduc’action. 

Lire l'ensemble des propositions de La CGT Educ'action

Partagez l'article
Partager sur Facebook

BULLETIN D’INFORMATION Lycée Général et Technologique N°32

Janvier 2023

Choc des savoirs et Annonces ATtal … la nostalgie d’une école qui n’a jamais existé

Attal qui se prend à rêver d’une École basée sur la contrainte et la mise à l’écart des élèves en difficulté : retour du redoublement qui sanctionne l’échec, groupes de niveau au collège, examen d’entrée au lycée et création de « sous-secondes » de relégation où les élèves attendront de pouvoir entrer en seconde...

Lire l'ensemble du Bulletin LGT

Partagez l'article
Partager sur Facebook

LYCEE : Nouveau calendrier

Les annonces de rentrée vont enfin dans le sens de nos revendications : déplacement des épreuves de spécialités en juin, réduction de 20 à 16 des textes pour l’épreuve anticipée de français, suppression de la partie orientation du Grand Oral, retour des maths en tronc commun de première... Il ne s’agit pas de bouder notre plaisir, mais ces décisions ne remettent pas en cause le fond de la réforme du lycée : spécialités à fort coefficient, lien avec Parcoursup… ce qui met les élèves, les personnels et les disciplines en concurrence permanente tout en organisant le tri social vers le supérieur. Au-delà du tri organisé, c’est aussi un formidable coup de pouce à l’enseignement supérieur privé.

Lire la suite

Partagez l'article
Partager sur Facebook

BULLETIN D’INFORMATION Lycée Général et Technologique N°31

Septembre /octobre 2023

C’est officiel ! Macron a fini par annoncer en plein mois d’août que les épreuves de spécialités de la voie générale seront déplacées au mois de juin. 4 ans que la CGT Éduc’action et d’autres organisations syndicales l’expliquaient sur tous les tons … Quelle réactivité !

Lire la suite du Bulletin

Partagez l'article
Partager sur Facebook

Réforme du LGT un bilan lamentable / SNU

Pour nous qui travaillons en lycée général ou technologique, cette année 2022-2023 a été particulièrement éprouvante. Indépendamment de la mobilisation sur les retraites, nous avons subi pour la première fois la réforme du lycée et du baccalauréat telle qu’elle a été pensée par Blanquer.

Nous avons constaté la difficulté dans laquelle nous étions pour faire notre travail correctement : les collègues de tronc commun déprimé·es de la démotivation des élèves, les collègues de spécialités de terminale qui s’échinent pour faire l’infaisable jusqu’à mars et se retrouvent désorienté·es au troisième trimestre, l’explosion du groupe classe dans le cycle terminal et combien elle nous isole, le manque d’intérêt pédagogique du grand oral, l’inquiétude des élèves vis-à-vis de Parcoursup, la douche froide des résultats des épreuves de spécialité, la course de fond des profs de français en première…

Lire la suite

SNU : Lire le tract de la CGT Educ'action "Le Lycée n'est pas une caserne :  non au SNU"

Partagez l'article
Partager sur Facebook

BULLETIN D’INFORMATION Lycée Général et Technologique N°30

Indice de Position Sociale (IPS) : les écarts se creusent
Le ministère a fini par publier l’IPS des lycées. Cet indicateur, qui synthétise des critères d’inégalités sociales (taux de boursier, catégories socio-professionnelles, …) et d’inégalités scolaires (redoublements, …), a certes des côtés opaques mais il permet malgré tout d’identifier des inégalités et la dynamique de ces inégalités.
Et le constat est imparable : depuis 2016 (première utilisation de l’indicateur), l’IPS des établissements les plus favorisés -majoritairement privés- a augmenté alors que celui des établissements les plus populaires a diminué. L’IPS moyen des 20 établissements les plus élevés est passé de 151,8 à 152,7 alors que celui des 20 plus faibles est passé de 68,3 à 63,2 !
Autre constat : l’homogénéité sociale des établissements augmente, en particulier en haut et en bas de la liste. En d’autres termes, les « meilleurs » établissements renforcent l’entre-soi bourgeois et les plus fragiles accentuent les difficultés sociales et scolaires de leur public.
L’autonomie renforcée des établissements, comme attendu, ne fait qu’aggraver les inégalités scolaires.
La CGT Éduc’action revendique l’abandon des politiques de mise en concurrence des élèves et des établissements par le jeu de l’autonomie des établissements. Elle revendique également une politique d’Éducation Prioritaire ambitieuse pour les lycées.

Lire la suite du Bulletin

Partagez l'article
Partager sur Facebook

Guide de la réforme du Lycée

Un lycée au service de la sélection

Dès 2018, la CGT Éduc’action avait analysé que les réformes des lycées étaient au service de la sélection pour l’accès à l’enseignement supérieur et se pliaient à ses besoins.
1. Le lycée n’est plus la fin du secondaire mais la préparation aux études supérieures : complexité et encyclopédisme de certains programmes, spécia- lisation renforcée en terminale par un choix limité à deux spécialités aux forts coefficients limitant le champ des possibles. Les moins bien informé·es se retrouvent pris·es au piège d’une « liberté de choix » qu’ils·elles n’ont pas optimisé.

LIRE LA SUITE dans le guide

Partagez l'article
Partager sur Facebook